Avantquechantentlescigales

Archive pour septembre, 2017

Ecouter…

Posté : 30 septembre, 2017 @ 9:05 dans Non classé | Pas de commentaires »

Et écouter et

ne  pas comprendre.

 

Paroles inaudibles,

monotones,

blanches

à l’oreille sinueuse.

Le Vent

Posté : 30 septembre, 2017 @ 9:02 dans Non classé | Pas de commentaires »

Chargé des odeurs entêtantes,

d’encens d’abord

puis des buis

qui s’affaissent dans la brume,

de l’humus d’une terre

fraîchement retournée, le vent !

 

L’entends-tu ?

 

Litanie venant du fleuve.

Si lent

Posté : 30 septembre, 2017 @ 8:58 dans Non classé | Pas de commentaires »

Silence gras !

Et pourtant,

sans cesse, 

il parle !

On l’entend mais

ne le comprend pas.

Ombre

Posté : 30 septembre, 2017 @ 8:53 dans Non classé | Pas de commentaires »

Obstinée,

ombre trace,

aveugle, muette, nargue

en songes éveillés et s’invite.

Cavalière importune et grotesque

au bal insensé

de la vie oublieuse.

Silhouette

Posté : 30 septembre, 2017 @ 8:51 dans Non classé | Pas de commentaires »

 

Entame d’un ciel

laconique et

pervers.

 
S’y découpe l’ombre

d’un passé.

 

Silhouette diaphane et mortifiée.

Fuir pour

Posté : 30 septembre, 2017 @ 8:47 dans Non classé | Pas de commentaires »

Fuir pour mieux vous rencontrer,

tuer pour enfin refleurir,

fleuret bestial en quête d’étreintes brûlantes,

et ce sont tisons taiseux encore !

 

Naïveté native.

Mortification.

Nuit…

Posté : 23 septembre, 2017 @ 1:16 dans Non classé | Pas de commentaires »

Nouvelle nuit ondoyant

les insomnies tendues du drap bleu horizon.

 

Mensonge toujours en devenir.

S’ouvre

Posté : 20 septembre, 2017 @ 7:48 dans Non classé | Pas de commentaires »

S’ouvre en ailes de titane l’espace diamanté d’une longue nuit.

Insomnies trop souvent stériles.

Lunes en pellicules de soleil pulsent.

Pouls vibrant dans la chambre noire de l’oubli.

Qu’en adviendra-t-il ?

Enfin

Posté : 18 septembre, 2017 @ 7:17 dans Non classé | Pas de commentaires »

Enfin la fin d’un soir qu’ensemencent les erreurs du jour en partance.

Pensée qui se vrille de vaines attentes,

Vue qui se brouille et s’emmêle

dans la pelote nouée des réticences et des défis mal

ficelés d’une opaque journée.

Dans l’ombre

Posté : 12 septembre, 2017 @ 9:30 dans Non classé | Pas de commentaires »

Dans l’ombre de vos cris

le murmure de l’obscurité,

terreau de paroles,

humus des voix éteintes

pour antiennes d’aujourd’hui,

et voilà le conflit des dits à fleur d’éclipse de lune pleine.

123
 

Mathias Alfheim |
Magieecriture |
Le secret de plume |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Surlesfeuillesmesmaux
| Lectureconseil
| Mes romans Caroline Bordczyk