Avantquechantentlescigales

Enfin

Classé dans : Non classé — 18 septembre, 2017 @ 7:17

Enfin la fin d’un soir qu’ensemencent les erreurs du jour en partance.

Pensée qui se vrille de vaines attentes,

Vue qui se brouille et s’emmêle

dans la pelote nouée des réticences et des défis mal

ficelés d’une opaque journée.

Dans l’ombre

Classé dans : Non classé — 12 septembre, 2017 @ 9:30

Dans l’ombre de vos cris

le murmure de l’obscurité,

terreau de paroles,

humus des voix éteintes

pour antiennes d’aujourd’hui,

et voilà le conflit des dits à fleur d’éclipse de lune pleine.

Écouter

Classé dans : Non classé — 12 septembre, 2017 @ 9:26

Écouter vibrer l’anche invisible de cet avant, avant quoi ?

Avant quoi ? Dites-moi !

Avant vous ?

Avant eux.

Encore. Ne rien entendre. Encore.

Et…

Classé dans : Non classé — 10 septembre, 2017 @ 6:56

Verser doucement, à petits flots,

ces paroles jamais entendues,

toujours tant et tant de fois rêvées.

 

Ouvrir grand les yeux et

toujours ne rien voir, que l’ombre

dans le miroir déformant de l’autre

en grimace.

Mais encore

Classé dans : Non classé — 9 septembre, 2017 @ 9:37

Souffler dessus les plaies vives les couleurs d’un ciel d’enfance, les senteurs de rentrée des classes de jadis, les saveurs de confitures et d’encens.

Alors…

Classé dans : Non classé — 9 septembre, 2017 @ 9:35

Pic après pic, dard après dard, un à un sans compter la main arrache et jette loin.

 

Mille brûlures.

 

 Y couler l’alcool de l’oubli si difficile à trouver.

Imaginer cet ailleurs utopique.

Et…

Classé dans : Non classé — 9 septembre, 2017 @ 9:30

Le chagrin moite d’un soir s’épanche du haut de la colline.

S’imprime la longue errance des mots en débandade.

Une journée s’achève.

C’est…

Classé dans : Non classé — 8 septembre, 2017 @ 9:10

Ni nuit, ni jour. Limbes d’incertitudes.

 

Empreintes stériles de l’homme de désir, homme de puissance.

Présent toujours même en absence.

C’est…

Classé dans : Non classé — 4 septembre, 2017 @ 6:55

Orange solitude d’un encore rendez-vous manqué du soleil avec la lune.

Écorces de violences diurnes d’un hier torturé percent la lactescence nacrée des ombres.

Étanchent l’encre nocturne qui s’abîme encore au reposoir fatigué.

C’est

Classé dans : Non classé — 4 septembre, 2017 @ 7:35

Copeaux d’incandescents remugles de tant et tant de dits retenus s’évaporent. 

Dons suspendus, s’effondrent, fondent et s’éparpillent.

Encore.

Savoir les retenir !

12345
 

Mathias Alfheim |
Magieecriture |
Le secret de plume |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Surlesfeuillesmesmaux
| Lectureconseil
| Mes romans Caroline Bordczyk